Moments

Cela fera un an le 1er janvier, que je me suis donné la contrainte de publier sur mon compte Instagram, une photo par jour.

Depuis quelques mois déjà — et après une longue pause de plusieurs années — je me suis remis à la photographie, avec un réel plaisir, mais avec la crainte, aussi, de lâcher de nouveau. C’est à ce moment-là que j’ai acheté un appareil Fuji X100, puis peu après un Fuji XT-2, avec l’envie de refaire des “vraies” photos (je suis passé, comme beaucoup, par tout un panel d’appareils numériques de transition un peu mal foutus).

Il m’est venue l’envie de me donner un de ces défis comme on en voit sur les réseaux sociaux : publier une photo par jour — mais prise avec le Fuji, puis basculée sur mon smartphone (les appareils communiquent si facilement aujourd’hui) ou « développée » et postée sur Instagram.

Au-delà de la contrainte, j’ai beaucoup aimé cet exercice et la diversité des propositions qui en est ressortie. Une contrainte forte dans les premiers mois, car je ne voyage pas, me déplace peu. Il aura fallu forcer mon regard à scruter un environnement quotidien, routinier. J’ai parfois provoqué l’événement, et me suis fait violence à sortir davantage, mais sans excès. Réapprendre à poser mon regard sur le très proche, le banal et l’intime, a été enrichissant. Je me serai ainsi dérouillé l’œil comme on le fait des jambes qui longtemps, n’ont plus pédalé.

J’ai aimé jouer du hasard de capter une image et aboutir à une série où la surprise aura généré des dispositifs heureux. Quelque chose entre la photo de rue et le journal intime, sans autre démarche que de se placer et d’appuyer sur le déclencheur.

Sur 365 photographies, en voici quelques-unes publiées ici.

Partagez !